Païssié Olaru

De OrthodoxWiki
Aller à : navigation, rechercher
Le Père Païssié Olaru
Le père Païssié Olaru (n. 20 juin 1897 - m. 18 octobre 1990) a été un grand spirituel orthodoxe du XXe siècle, vivant en Roumanie.

Vie

Le père Païssié Olaru est né le 20 juin 1897 dans le village Stroiești, commune Lunca (département de Botoșani), le plus jeune des des cinq enfants de la famille. Son père s’appelait Ioan (Jean), sa mère Ecaterina (Catherine), et lui a reçu le nom de Petru (Pierre) par le baptême.

Il est entré dans le monachisme en 1921, recevant la tonsure monastique au Skite Cazancea (Botoșani) sous le nom de Païssié.

En 1943 il a été ordonné diacre, puis en 1947 prêtre. Il est nommé higoumène du Skite Cazancea, mais à l'automne de cette même année il rejoigne le Monastère Sihastria pour devenir le père confesseur de la communauté, et cela jusqu'à la fin de sa vie

Entre 1972-l985 il se retire au Skite Sihla (dans les montagne à la proximité du monastère de Sihastria), pour vivre une vie plus hésychaste et dépourvue. Les cinq dernières années de sa vie (1985-1990) il se voit obligé de revenir dans le monastère de Sihastria à cause de sa santé qui ne lui permettait plus de vivre dans les conditions difficile du skite de la montagne.

Le Père Païssié Olaru a été appelé par le Seigneur au demeures célestes la nuit de 18 octobre 1990 au Monastère Sihastria.

Postérité

Par sa douceur et son exemple de vrai moine et grand père spirituel, le Père Païssié Olaru a marqué le monachisme et le peuple de Dieu (simples fidèles, l’intelligentsia, le clergé) en Roumanie.

Sa mémoire a été perpétuée par les monastère et ceux qui se sont chargé de la publication de livres et des articles sur lui.

Une exposition itinérante (photographie, objets, documents et lettres), qui lui a été dédiée par le groupe Teognost de Cluj Napoca, a fait le tour de la Roumanie depuis l'an 2000, et s'est arrêtée à Paris aussi, du 5 au 15 novembre 2003 (à l’Église des Sts Archanges, à Paris)[1].

Quelques textes sur le Père Païssié Olaru:

  • „Je garde en mémoire avec joie mon très cher Père Païssié !” - par la mère Gorgonia du Monastère Agapia, disciple du P. Païssié (publié dans la revue de spiritualité monastique "Epifania")
  • „Avec grande nostalgie...” - par l'archevêque André de Alba Iulia, dans la revue „Credința străbună”
  • „Le parfum de l'Orthodoxie” - interview avec Horia-Roman Patapievici dans la revue "Alfa și Omega"

Écrits

Bien que le Père Païssié Olaru n'est pas été eut un homme de la parole écrite, beaucoup de ses paroles, apophtegmes, histoire, lettres ont été publiés après sa mort, dans plusieurs livres et revues:

  • Le Père Païssié Olaru - Ed. Trinitas, Iami, 1993; volume édité pas le père Ioannichié Balan et traduit en français par Félicia Dumas, avec une préface de S.E. Daniel, Métropolite de Moldavie et de Bucovine et avec une Introduction de Jean-Claude Larchet (Ed. L’Âge d’Homme, Paris, 2012)
  • Le Père Païssié de Sihla - Ed. Bizantină (Bucarest), avec une Introduction de Mgr André d'Alba-Iulia
  • Le Père Païssié Olaru - photographies, biographie et lettres (Ed. Teognost, Cluj Napoca)

Sources

  • ro.OrthodoxWiki.org

Notes

  1. Voir http://www.teognost.ro/actiuni/expo%20Paisie/Paris1.htm