Introduction au Christianisme Orthodoxe

De OrthodoxWiki
Aller à : navigation, rechercher
Cet article (ou bien des fragments) est proposé pour être traduit en français!

Si vous désirez assumer la traduction (partiellement ou intégralement), annoncez svp cela dans la page de discussions de l'article.


Cet article fait partie de la série
Introduction au
Christianisme Orthodoxe
Sainte Tradition
Sainte Écriture
Le Symbole de la Foi
Conciles Œcuméniques
Pères de l'Église
Liturgie
Canons
Icône
La Sainte Trinité
Dieu le Père
Jésus Christ
Le Saint Esprit
L'Église
Ecclésiologie
Histoire
Saints Mystères
Vie de l'Église
Modifier ce sommaire

Le Christianisme Orthodoxe est la vie de la foi dans l'Église Orthodoxe, inséparable de la communauté concrète, historique et englobant l'ensemble de son mode de vie. La foi chrétienne orthodoxe est la foi « qui a été transmise aux saints une fois pour toutes »[1], transmise par la Sainte Tradition aux apôtres par Jésus Christ, puis transmise de génération en génération, sans altération, ajout ou soustraction.

Le seul but du christianisme orthodoxe est le salut de toute l'humanité, en l'unissant au Christ dans l'Église, en la sanctifiant, en lui donnant part à la vie éternelle. C'est l'Évangile, la Bonne Nouvelle selon laquelle Jésus est le Messie, Dieu fait homme, ressuscité des morts, ayant vaincu la mort par la mort, et nous offrant le salut.

Dieu

L'Hospitalité d'Abraham, une préfiguration de la Sainte Trinité dans l'Ancien Testament.

Articles détaillés : Sainte Trinité ; Dieu le Père

Les chrétiens orthodoxes adorent le Père, le Fils et le Saint Esprit - la Sainte Trinité, le Dieu unique. Suivant les Saintes Écritures et les Pères de l'Église, l'Église croit que la Trinité divine est de trois personnes (hypostases) qui partagent une même essence (ousia). C'est paradoxal de penser ainsi, mais c'est comme cela que Dieu s'est révélé lui-même. Les trois personnes sont consubstantielles les unes avec les autres, c'est qu'elles sont d'une même essence et coéternelles (homoousios). Il n'y a jamais eu de moment où l'une des personnes de la Trinité n'aurait pas existé. God is beyond and before time and yet acts within time, moving and speaking within history. Dieu est au-delà et antérieur au temps bien qu'il agisse aussi dans le temps, agissant et parlant au sein du cours de l'histoire.

Dieu n'est pas une essence impersonnelle ou de la simple « puissance supérieure », mais plutôt chacune des Personnes divines est en relation personnelle avec l'humanité. Dieu n'est pas non plus le simple nom de trois dieux (ce qui serait du polythéisme). La foi orthodoxe est monothéiste bien que trinitaire. Le Dieu de l'Église chrétienne orthodoxe est le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, le "JE SUIS" qui s'est révélé à Moïse dans le buisson ardent.

La source et l'unité de la Sainte Trinité est le Père, de qui le Fils est engendré et dont l'Esprit procède. Ainsi, le Père est à la fois le fondement de l'unité de la Trinité et de la distinction. To try to comprehend unbegottenness (Father), begottenness (Son), or procession (Holy Spirit) leads to insanity, says the holy Gregory the Theologian , and so the Church approaches God in divine mystery, approaching God apophatically , being content to encounter God personally and yet realize the inadequacy of the human mind to comprehend him. Essayer de comprendre l'engendrement ou la procession conduit à la folie, dit saint Grégoire le Théologien ; c'est ainsi que l’Église approche Dieu dans le mystère divin, approchant de Dieu apophatiquement, se contentant de rencontrer Dieu personnellement tout en ayant conscience de l'incapacité de l'esprit humain à Le comprendre.

La première déclaration de ce que l'Église croit au sujet de Dieu se trouve dans le Symbole de Nicée-Constantinople.

Christologie

Notre Seigneur Jésus Christ.

Articles principaux : Jésus Christ ; Christologie

La deuxième personne de la Sainte Trinité, le Fils de Dieu, engendré avant tous les âges par le Père, a été engendré dans le temps par la Vierge Marie, la Théotokos. Il est le Logos, la Parole de Dieu, et il s'est fait chair et a habité parmi nous, comme le dit le début de l’Évangile de Jean. Jésus Christ est Dieu dans la chair. C'est la doctrine de l'Incarnation, selon laquelle Dieu est devenu homme.

Notre Seigneur Jésus est le Théanthropos, le Dieu-homme. Il n'est pas à moitié Dieu et à moitié homme, ni un hybride des deux. Au contraire, il est pleinement Dieu et pleinement homme, parfait dans sa divinité et parfait dans son humanité. Il a deux natures, réunies dans l'Incarnation sans mélange, division, ou confusion. Du fait qu'il soit pleinement Dieu et homme, il a aussi deux volontés, une volonté humaine et une volonté divine à laquelle la volonté humaine est soumise. Il a deux natures bien que demeurant une personne, une hypostase.

Jésus est Dieu, la seconde personne de la Sainte Trinité. Il est le JE SUIS révélé à Moïse. Il est le Dieu avant les siècles, venu sur Terre comme un petit enfant, et est mort sur la croix en tant qu'homme et ressuscité d'entre les morts. Lui et le Père sont un, car il est consubstantiel au Père. During his passion and death on the cross, one of the Trinity suffered in the flesh. Au cours de sa passion et sa mort sur la croix, un de la Trinité a souffert dans la chair.

Il est le Messie, le Christ, l'Oint de Dieu, annoncé par les prophètes de l'Ancien Testament. Il est le Sauveur du monde, l'Agneau de Dieu, le Fils de l'Homme. Comme il est indiqué dans les Évangiles, Jésus-Christ est né d'une femme, a grandi comme un homme, a prêché, a guéri, a enseigné à ses disciples, est mort dans sa chair sur la croix, puis est ressuscité corporellement d'entre les morts le troisième jour. Il est ensuite monté au ciel et s'est assis à la droite du Père. De l'humanité tout entière, lui seul est sans péché.

Son travail sur la Terre avait pour but de sauver l'humanité, pour la vie du monde. Tout ce qu'il a fait, c'est pour notre salut, depuis l'enseignement en paraboles et son baptême par Jean le Précurseur jusqu'à sa glorieuse mort et résurrection. En raison de ce qu'il est et de ce qu'il a fait pour nous, nous avons la possibilité de devenir par la grâce ce qu'il est par nature. De ce fait, nous pouvons accéder au divin, devenant participants de la nature divine.

Ecclésiologie

Hagia Sophia à Constantinople.

Article principal : Ecclésiologie

L’Église est le corps du Christ, une communion théantropique (divine et humaine) de Jésus-Christ avec son peuple. Le Christ est le seul chef de l’Église. La foi traditionnelle dans l’Église est attestée par le Credo de Nicée-Constantinople en tant qu’Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique. Cela veut dire que l’Église est indivise et non plurielle (Une), sanctifiée et destinée à l’œuvre de Dieu (Sainte), unie et caractérisée par la plénitude et l'universalité (Catholique), et a en essence pour but d'aller à la rencontre du monde entier pour prêcher l’Évangile et baptiser les nations (Apostolique). The Church is the Body of Christ, a theanthropic (divine-human) communion of Jesus Christ with his people. The sole head of the Church is Christ. The traditional belief in the Church is attested to in the Nicene-Constantinopolitan Creed as the one, holy, catholic and apostolic Church. By this is meant that the Church is undivided and not many (one), sanctified and set apart for the work of God (holy), whole and characterized by fullness and universality (catholic), and has at its essence the going out into all the world to preach the Gospel and baptize the nations (apostolic).

The Church is the Bride of Christ, the eschatological spouse of the Son of God, united to him in faith and love, for which he gave himself up on the cross. The intimacy of a husband and wife is an earthly image of the intimacy that Christ has with his Church, and the union of an earthly marriage is a shadow of the union of that marriage of the Lamb of God with the Church.

The community of the Church is the locus of salvation for mankind; it is truly the Ark in which mankind may be saved from the flood of corruption and sin. In it, Christians sacramentally work out their salvation with fear and trembling (Phil. 2:12), worshipping the Holy Trinity in spirit and in truth. The Church is the pillar and ground of truth (I Tim. 3:15) and thus may be relied upon in the Christian's struggle to apprehend the one truth for himself. The Church is eternal, and the gates of Hell will never prevail against it (Matt. 16:18).

The Church consists of the prophets and saints of both the Old and New Covenants, the angels and the concrete, historical community of believers in this earthly life. Those who have gone on before us are known as the Church Triumphant, while those in this life are known as the Church Militant.

The boundaries of the Church are ultimately known only to God himself, but outside the historical context of the Church—that is, the Orthodox Church—the nature of the connection of any human being to the Church (whether a believer in Christ or not) is unknown to us. Throughout Church History, various groups have broken from the Church, a tragic reality which does not divide the Church but rather divides believers from the Church. The final status of Christians in such communities is dependent on God's mercy and grace, as is the case with those with membership in the Church in this life.

Tradition

Article principal : Sainte Tradition

Holy Tradition is the deposit of faith given by Jesus Christ to the Apostles and passed on in the Church from one generation to the next without addition, alteration or subtraction. Vladimir Lossky has famously described the Tradition as "the life of the Holy Spirit in the Church." It is dynamic in application, yet unchanging in dogma. It is growing in expression, yet ever the same in essence.

Unlike many conceptions of tradition in popular understanding, the Orthodox Church does not regard Holy Tradition as something which grows and expands over time, forming a collection of practices and doctrines which accrue, gradually becoming something more developed and eventually unrecognizable to the first Christians. Rather, Holy Tradition is that same faith which Christ taught to the Apostles and which they gave to their disciples, preserved in the whole Church and especially in its leadership through Apostolic succession.

The central location in Holy Tradition is occupied by the Holy Scriptures, the written witness to God's revelation in the Church. As such, the Scriptures are always interpreted from within the Tradition which was the context for their writing and canonization.

Culte

Un évêque levant ses mains dans la prière pendant la Divine Liturgie.

Article principal : Culte

Le culte, dans l'Eglise orthodoxe, est considéré comme la plus haute vocation de l'humanité : tomber aux pieds du Tout-Puissant Dieu, la Sainte-Trinité, et se donner entièrement à lui, devenant mystiquement un avec lui dans les saints Mystères. Adorer Dieu, c'est atteindre la finalité pour laquelle nous avons été créés. Le culte orthodoxe est la transformation en sa nature, amenant le chrétien plus profondément dans la communion avec Dieu et dans la coopération de son évolution en lui en personne sainte.

Le culte se distingue de la vénération dans la mesure où la vénération est simplement le respect sincère que les chrétiens orthodoxes montrent pour le peuple et les choses saintes, alors que le culte est un don total de soi afin d'être uni à Dieu.

Une composante secondaire mais essentielle du culte orthodoxe est d'enseigner les dogmes de la foi, formant le chrétien dans les doctrines de l'Eglise.

Le centre de la vie liturgique du christianisme orthodoxe est la Divine Liturgie. Les autres grands offices sont les vêpres et les orthros (Matins).

Sacrements

Article principal : Sacrements

Plus correctement appelé saints mystères, l'Église tout entière est une vie de sacrement. Dans les mystères, le chrétien est uni à Dieu, devenant participant de la nature divine (II Pierre 1:4). A travers tous les sacrements, Dieu fait connaître sa présence par ses énergies divines, en usant de moyens matériels afin de Se transmettre Lui-même à son peuple.

Il ya sept sacrements généralement reconnu, même si le nombre n'a jamais été fixé d'une manière dogmatique par l'Eglise. Deux d'entre eux sont des sacrements de l'initiation à l'Eglise : le baptême et la chrismation. Un autre complète l'initiation et nourrit la vie des chrétiens, l'Eucharistie, qui est considéré comme le plus grand des sacrements. Le reste des sacrements sont occasionnels: sainte onction des malades, la confession et la repentance pour la réconciliation avec l'Eglise, le mariage pour les joindre à la communauté conjugale, et l'ordination pour ceux qui sont appelés à servir l'Eglise dans les Ordres Saints.

Tous les sacrements requièrent la préparation dans la vie de l'Eglise, et ne sauraient être administrés à des non-orthodoxes. La seule exception est le baptême, qui est le mystère qui unit les chrétiens avec le Christ dans l'Eglise, le faisant passé de l'état de croyant dans le Christ, de catéchumène (personne se préparant au baptême) à l'état de membre à part entière du Corps du Christ.

Anthropologie

Adam nomme les animaux au Paradis.

Article principal : Anthropologie

L'anthropologie chrétienne orthodoxe enseigne que l'homme a été créé par Dieu pour l'adorer en communion avec lui, qu'il a été fait à son image pour atteindre à Sa ressemblance. Tous les êtres humains ont donc une valeur infinie, parce qu'ils portent le sceau indélébile de leur Créateur. Tous les êtres humains sont composés à la fois d'une âme et d'un corps, qui sont une partie permanente de la nature humaine. L'homme a été créé sans péché, mais non pas parfait, et si Adam était pur quand il a été créé, il a été créé comme un être dynamique capable de progrès, capable de croître dans sa ressemblance avec Dieu.

Lors de la chute de l'homme, Adam et Eve non seulement ont péché en violation des commandements de Dieu, mais leur état ontologique a changé. Leur nature n'a pas été modifiée en soi, mais l'image de Dieu en eux est devenue obscurcie par le péché, qui est une séparation ontologique d'avec Dieu. Déchu, l'homme n'est donc pas totalement dépravé, mais souffre de la maladie du péché qui rend la sainteté beaucoup plus difficile à atteindre.

L'humanité tout entière souffre des effets du péché (la mort, la maladie et tous les maux), même si une personne en particulier peut théoriquement n'avoir commis personnellement aucun péché. La culpabilité n'appartient pas à l'anthropologie orthodoxe, dans la mesure où il s'agit essentiellement d'une catégorie juridique et non directement en rapport avec la réalité existentielle du péché comme maladie humaine. Ainsi, même si le terme de "péché originel" est utilisé dans la théologie orthodoxe, il est entendu non pas comme une culpabilité transmise par le péché d'Adam, mais plutôt comme une maladie héréditaire qui peut être guérie dans le salut, permettant ainsi au chrétien de revenir sur la voie dynamique de la croissance dans la ressemblance de Dieu.

Sotériologie

Article principal : Sotériologie

La sotériologie est la doctrine du salut. Dans l'Église orthodoxe, le salut est compris comme theosis, processus infini vers la ressemblance de plus en plus grande avec Dieu. Ce processus est également appelé déification ou divinisation, et sa signification est que les chrétiens peuvent entrer dans une communion de plus en plus étroite avec la vie divine, devenant par la grâce ce que le Christ est par nature. Comme Saint Athanase le Grand le disait : « Dieu s'est fait homme afin que l'homme puisse devenir Dieu ». Par la participation dans l'incarnation, l'homme devient comme le Christ.

Le salut est un processus qui englobe non seulement toute la vie terrestre du chrétien, mais aussi la vie éternelle du siècle à venir. Il est souvent décrit en trois étapes : catharsis (purification), theoria (illumination) et theosis (divinisation). Le salut ne consiste donc pas seulement dans le fait de devenir sans péché (purification), mais il est aussi un progrès dans le but d'être empli par la lumière divine. En outre, il devient à ce point empli de Dieu dans son union avec Lui que le chrétien brille en ressemblance avec Dieu, parfois il devient même littéralement un porteur de la lumière incréée. Bien que ces termes de « trois étapes » soient parfois utilisés, ils se recouvrent en grande partie, et l'ensemble du processus est souvent appelé theosis.

Ce n'est que dans et par le Christ que l'homme peut être sauvé. Le salut ne peut être gagné, étant un don gratuit de Dieu. Son acquisition, toutefois, exige la coopération de l'homme avec Dieu, car Dieu ne porte pas atteinte à la libre volonté de l'homme. Ainsi, une vie de pénitence et la participation aux sacrements est le moyen par lequel l'homme coopère avec Dieu. Cette coopération est appelée synergeia (synergie).

Dans la théosis, l'homme est rempli de la vie divine. Il prend les attributs de Dieu, mais il ne fusionne pas avec la Sainte Trinité. Il y a une union sans fusion. L'homme peut devenir dieu par la grâce, non dans un sens polythéiste, mais plutôt en tant que fils ou fille du Très-Haut par le biais de l'adoption. Ainsi, une image patristique classique de la théosis est une épée tenue dans une flamme : l'épée prend peu à peu les propriétés de la flamme (la lumière et la chaleur), mais reste une épée.

Clergé

Article principal : Clergé

Le clergé dans l'Église orthodoxe désigne les personnes qui ont été appelées par Dieu pour remplir des fonctions spécifiques dans le service et la direction de l’Église. Ils ne sont pas par eux-mêmes dignes de remplir ces fonctions, mais par la grâce de l'ordination. C'est pourquoi, lorsque l'ordination est terminée, le mot Axios! ("Digne !") est proclamé, non parce que l’Église affirme la dignité de cette personne à être ordonnée (puisqu'il a déjà été ordonné à ce moment), mais plutôt parce qu'ils affirment que le Saint Esprit est descendu sur lui et a transformé l'homme en un clerc.

Les membres du clergé ne sont pas intrinsèquement supérieurs aux laïcs dans l'Église ou meilleurs qu'eux, qui eux aussi peuvent être ordonnés au ministère spécifique du sacerdoce royal du Christ. Le ministère du clergé est, cependant, considéré comme exerçant un rôle plus intense et potentiellement plus dangereux d'un point de vue spirituel, puisque son activité consiste en l'administration des Saints Mystères et la responsabilité de l'enseignement du peuple de Dieu.

Il existe deux catégories de membres du clergé dans l'Église : les ordres mineurs et les ordres majeurs. Les ordres mineurs qui sont actuellement en usage dans l'Église sont : lecteur, chantre et sous-diacre. Les ordres majeurs qui subsistent depuis les temps apostoliques et demeurent permanents au sein de l’Église sont : diacre, presbytre (prêtre) et évêque.

Saints

La Toute-Sainte Théotokos.

Article principal : Saints

Le terme de saint peut être entendu selon deux sens différents. Tout d'abord, les saints sont tous ceux qui appartiennent au Corps du Christ, à l'Église. Être saint littéralement, c'est être mis de côté et n'a donc pas de rapport avec la valeur de la personne.

Dans un second sens, plus proche du sens commun, les saints sont ceux dont les vies ont le plus clairement montré qu'ils ont été mis à part pour le service de Dieu. Leur sainteté n'est pas la leur, mais celle du Christ, comme le rappelle la Divine Liturgie, quand le Chœur chante : « Un seul est Saint, Notre Seigneur Jésus-Christ ». Cela ne signifie pas que personne ne peut atteindre à la sainteté (« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait »), mais que toute sainteté est participation à la sainteté du Christ (« En vérité, vous êtes des Dieux »). Cette sainteté a brillé chez certaines personnes d'une manière si manifeste que les chrétiens les prient avec vénération.

La glorification est la reconnaissance par l'Église de l’œuvre du Christ dans les saints. C'est l'acte par lequel le peuple de Dieu affirme que les saints sont sauvés, que leur vie mérite d'être imitée, comme celle de l'apôtre Paul, lequel recommandait de l'imiter comme lui-même imitait le Christ. Des offices liturgiques sont alors célébrés les jours de fête des saints, et leur place de participants au culte commun de l'Église entière est confirmée.

Histoire

Article principal : Histoire de l'Église

The Church's history records the progress of Christ's work throughout the course of the human experience. History in Orthodoxy has a theological importance because of the incarnation of Jesus Christ, that just as God chose to become a physical, living, breathing human being, he also chooses to work in and through human history to bring about salvation. Thus, the Church's history becomes a sacred history, not in the same sense as the Biblical history which forms the salvation story itself, but rather as a record of the continued effects of the salvation story in the experience of man.

Notes et Références

  1. Épître de Jude, 3.