Jean Chrysostome

De OrthodoxWiki
Révision de 22 août 2008 à 08:16 par Θεοδωρος (discussion | contributions) (Liens Externes)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
 Cet article est une ébauche.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant.
Icône russe de Saint Jean Chrysostome

Notre père parmi les saints, Jean Chrysostome (né à Antioche vers 347- mort en 407 près de Comona), a été archevêque de Constantinople. C'était un prédicateur remarquable : son éloquence lui valu, après sa mort, d'être appelé Chrysostome, ce qui signifie en grec (Χρυσόστομος) "bouche d'or". Il est célèbre pour ses talents d'orateur et sa dénonciation d'abus d'autorité au sein de l'Église et dans l'Empire romain de son temps. Son zèle l'ont conduit à l'exil et à la mort.

L'Église orthodoxe l'honore comme un saint (son jour de fête est le 13 novembre) et il compte parmi les Trois Saints Hiérarques (jour de fête : 30 janvier) avec avec saint Basile le Grand et saint Grégoire le Théologien. Il est également reconnu par l'Église catholique romaine, qui le considère comme un saint et un Docteur de l'Église, ainsi que par l'Église anglicane ; les deux églises le commémorent le 13 septembre. Ses reliques ont été volées à Constantinople par les Croisés en 1204 et portées à Rome, mais ont été renvoyées le 27 novembre 2004 par le Pape Jean-Paul II.

Il est parfois nommé "Jean d'Antioche," mais ce nom se réfère d'une manière plus appropriée à l'évêque d'Antioche dans les années 429-441, qui était à la tête d'un groupe d'évêques modérée orientale dans la controverse nestorienne.

Biographie

Enfance et éducation

La date de naissance exacte de saint Jean Chrysostome est disputée. Il est né à Antioche au sein d'une famille bourgeoise. Son père, un haut officier de l'armée syrienne, est mort peu après sa naissance. Il fut donc élevé par sa mère Anthusa. Il fut baptisé (en 368 ou 373) et tonsuré lecteur (l'un des ordres mineurs de l'Église). Du fait des relations influentes de sa mère, son éducation se fit, lors de son adolescence, auprès d'un professeur païen Libanios, célèbre orateur et professeur de rhétorique. De Libanios, il acquis les compétences nécessaires à une carrière d'orateur, aussi bien que l'amour des lettres grecques. Il se repentira cependant par la suite de la manière dont il vécut dans sa jeunesse. Il fit ensuite des études de théologie auprès de Diodore de Tarse (un des leaders de l'école tardive d'Antioche). Il vivait de façon ascétique et devint ermite vers 375 et le resta jusqu'à ce que sa mauvaise santé la force à retourner à Antioche.

Prêtrise

En 381, il fut ordonné diacre par saint Mélètios d'Antioche, et prêtre quelques années plus tard, en 386, par l'évêque Flavien Ier d'Antioche. Il devint alors un prédicateur et un directeur spirituel renommé par son éloquence. Il insistait particulièrement dans ses homélies sur le devoir de charité, l'aumône et le sacrement du frère. Il prenait fermement position contre la possession abusive de richesses et de biens personnels :

Il interprétait la Bible partir de la vie quotidienne, selon une visée pratique, ce qui explique la popularité de ses sermons. Il était à l'origine de la fondation d'un certain nombre d'hôpitaux dans la ville de Constantinople.

Archevêque de Constantinople

En 398, Jean fut appelé, contre son gré, au rang d'archevêque de Constantinople.

Œuvres

Les homélies

Les traités

Les lettres

Liens Externes