Nectaire d'Égine

Saint Nectaire d'Égine (1846-1920), archevêque de la Pentapole et thaumaturge d'Égine, a été officiellement reconnu comme saint par le Patriarcat de Constantinople en 1961. Bien qu'il soit mort le 8 novembre 1920, à Athènes, l'Église orthodoxe le commémore le 9 novembre, mais aussi le 3 septembre, jour de la translation de ses reliques. Il est le fondateur du monastère de la Sainte-Trinité à Égine.

Vie

St. Nectaire d'Égine (1846-1920).

Saint Nectaire est né le 1er octobre 1846 à Silivri (Selymbria), en Thrace, au bord de la mer de Marmara, dans une famille modeste, les Céphalas. On lui a donné le nom d'Anastase. À l'âge de 14 ans, il vient travailler et poursuivre son éducation à Constantinople. En 1866 il quitte la capitale, Constantinople, pour aller sur l'île de Chios travailler comme enseignant. C'est là qu'il devient moine au monastère de Néa Moni à l'âge de trente ans.

Trois ans après la tonsure monastique, il est ordonné diacre, il reçoit le nom de Nectaire. En 1885, il est diplômé de l'université d'Athènes. Pendant ses années d'études à l'Université d'Athènes, il écrit plusieurs livres, pamphlets, et commentaires bibliques.

Par la suite, il gagne le Caire et Alexandrie, en Égypte, où il est ordonné prêtre et dessert l'église Saint-Nicolas du Caire avec une grande distinction. En reconnaissance de sa piété et de sa capacité à être un brillant prédicateur et administrateur, il fut nommé évêque métropolite de la Pentapole, un ancien siège épiscopal de la Cyrénaïque (dans l'actuelle Libye), par le patriarche orthodoxe grec Sophronios en 1889.

Saint Nectaire d'Égine, Métropolite de Pentapole.

Il sert l'église en tant qu'évêque pendant un an au Caire mais est injustement relevé de ses fonctions. Jalousé et odieusement calomnié à cause de la grande sympathie qu'il avait gagnée auprès du peuple orthodoxe, il doit quitter l'Égypte. Le patriarche Sophronios refuse de l'écouter et l'expulse hors de l'Égypte sans procès ni explication, sans lui donner la possibilité de se défendre.

Après son expulsion, il retourne en Grèce en 1891 et passe plusieurs années en tant que prédicateur(1891-1894). Il est ensuite, pendant 15 ans, directeur de l'école ecclésiastique Rizarios pour l'éducation des prêtres à Athènes où son service est exemplaire. Il développe maints cursus scolaires et écrit de nombreux livres, tout en prêchant à travers Athènes. En 1904, à la demande de plusieurs de ses disciples qui voulaient devenir moniales, il établit pour elles un monastère sur l'île d'Égine. Il est nommé monastère de la Sainte Trinité.

En décembre de l'année 1908, à 62 ans, saint Nectaire démissionne de son siège de directeur d'école et se retire au monastère de la Sainte Trinité d'Égine, où il vécut comme moine le reste de sa vie. Il écrivait, publiait, prêchait et entendait les confessions de ceux qui venaient de près comme de loin pour profiter de sa spiritualité.

Tandis qu'il était au monastère, il s'occupait également des jardins, transportait les pierres et aidait aux constructions financées par ses propres fonds.

Saint Nectaire mourut le soir du 9 Novembre 1920, à l'âge de 74 ans, après une hospitalisation pour un cancer de la prostate. Son corps fut transporté au monastère de la Sainte Trinité où il fut enterré par un moine appelé Sava, qui allait plus tard peindre la première icône de saint Nectaire. Une multitude de gens vinrent de Grèce et d'Égypte pour assister à ses funérailles.

Une icône de saint Nectaire d'Égine.
Beaucoup de gens considéraient saint Nectaire comme un saint durant sa vie à cause de sa vie de prière, de son humilité, de sa pureté et d'autres vertus, de ses écrits ainsi que pour les miracles qu'il a provoqués. Saint Nectaire avait également le don de prédiction.

Les reliques de saint Nectaire furent enlevées de sa tombe le 2 septembre 1953, et elles libérèrent un magnifique parfum. La reconnaissance officielle de Nectaire en tant que saint eut lieu le 20 avril 1961 par le Patriarcat œcuménique. Des milliers de miracles lui ont été attribués, surtout des guérisons de cancers et autres maladies graves.

Décision de l’Église d’Alexandrie

Alexandrie, 15 septembre 1998

Le Saint Esprit a illuminé les membres réunis du Saint Synode du Patriarcat d'Alexandrie et de toute l’Afrique, sous la direction de Sa Sainteté Petros VII, Pape et Patriarche d’Alexandrie et de toute l’Afrique, plus d’un siècle après que Saint Nectaire, le grand Professeur et Père de la Sainte Église Orthodoxe de l’Orient eut été expulsé de l’Église d'Alexandrie, à parvenir à la décision suivante :

Vu la décision de l’Église de ranger Saint Nectaire parmi les Saints en raison de ses innombrables miracles et vu son acceptation par la conscience religieuse des chrétiens orthodoxes de tout le monde, nous faisons appel à la pitié de Dieu, qui est éternellement miséricordieux.

Nous réinstallons par ceci dans son rang ecclésiastique le Saint de notre siècle, Saint Nectaire, et lui accordons tout notre respect et nos hommages. Nous supplions Saint Nectaire de nous pardonner, nous les indignes, et nos prédécesseurs, nos frères sur le Trône d’Alexandrie, pour toute opposition que nous avons fait au Saint et pour tout ce que notre Père Saint Nectaire, l'Évêque de Pentapolis, a souffert en raison de [no]s faiblesses ou erreurs humaines.

PETROS VII
Par la Grâce de Dieu
Pape et Patriarche
d’Alexandrie et de Toute l’Afrique.[1]

Relations spéciales

  • Philothée (Zervakos) – Depuis le saint monastère de la Panagia Myrtidiotissa, l’Ancien Philothée a écrit en 1976 une célèbre apologie de St. Nectaire, adressée à l'Archimandrite Cyprien[1]. Cette lettre (cf. Liens externes) est considérée comme ayant une très grande importance pour l’Église Orthodoxe, car elle est écrite par l’Ancien Philothée pour la défense de son père spirituel, St. Nectaire.
  • Amphilochios (Makris) – il a toujours eu le profond désir de rencontrer le Saint métropolite. Lorsque le Monseigneur lui a demandé quel était son plus grand désir, il répondit : « Que tous deviennent moines ». L'Ancien est l’unique personne que le Saint a invité à passer la nuit dans ses appartements privés.

Hymnes

Tropaire (ton I) : Venez, fidèles, et honorez Nectaire, le divin serviteur du Christ, né à Silivria, protecteur d’Égine, qui, ces dernières années, est apparu comme un véritable ami de la vertu. Car il donne la guérison plénière à ceux qui lui crient avec piété : « Gloire au Christ qui t’a glorifié ; gloire à Celui par qui tu t’es montré merveilleux, gloire à Celui qui œuvre à travers toi la guérison de tous ».

Voir aussi

Références

  1. Le très révérend père Cyprien, Dr. Theol, est Métropolite d’Oropos et Fili et président du Saint Synode en Résistance, une fraction séparée de l’Église Orthodoxe de Grèce. Il est le fils spirituel de père Philothée.

Liens externes

Lire dans une autre langue