Antimension

De OrthodoxWiki.
Aller à : Navigation, rechercher
Antimension serbe du XVIe siècle
L'antimension (du grec αντιμηνσιον : αντι - "à la place de", "au lieu de", et lat. mensa - "table") signifie littéralement "à la place de la table (de l'autel)". Concrètement, l'antimension est un tissu de 50-60 cm en lin ou en soie, sur lequel sont figurés les instruments de la passion et l'ensevelissement du Christ, et qui porte quelque part un petit sachet contenant des reliques.

Sommaire

Pratique

Un antimension se trouve sur chaque sainte table de l'autel, au dessous du livre de l'évangile, et est utilisé uniquement lors de la Divine Liturgie. L'antimension est déplié par le prêtre lors du commencement de la liturgie des fidèles (dans le cadre de la Divine Liturgie), et c'est sur l'antimension qu'on apporte les saints dons (dans le calice et le disque, qui auparavant étaient au proscomodiaire) dans le cadre de la procession avec les saints qu'on appelle la Grande entrée. A la fin de la Divine Liturgie, après la communion et plus précisément lors de la litanie de remerciement pour la communion, le prêtre replie l'antimension, le remet à sa place et pose par dessus l'évangile.

Histoire

D'après les archéologues de la Liturgie, "à l'origine, et conformément à son étymologie, l'antimension remplaçait l'autel, c'est à dire servait comme d'autel portatif"[1].

Dans les grandes églises d'Orient, et notamment dans la cathédrale Sainte-Sophie de Constantinople, il y avait des célébrations de la Divine Liturgie qui ne se faisaient pas sur le grand autel de l'église, mais sur des tables d'autel portatives en bois. Une telle table était consacrée par l'évêque et portait le nom de antimension, parce qu'elle remplaçait la grande table de l'autel centrale ou principale[2]. Cette pratique s'est répandu dans d'autres églises, en prenant l'exemple de l'église cathédrale impériale de Constantinople.

A partir d'un certain moment, ces tables portatives en guise d'autel n'ont plus étaient consacrées, peut être pour des raisons pratiques liées au fait qu'il fallait les déplacer plus loin dans des paraclisis (petites chapelles particulières), mais on consacrait uniquement un tissu qui était posé sur une table en cas de besoin de célébration en dehors, et ce tissu a pris lui aussi le nom de antimension. Surtout après la victoire de l'Orthodoxie sur l'hérésie iconoclaste (787 et 843), dans certains endroits on a commençait d'ajouter des petits morceaux de reliques à l'antimension, cousus dans un petit sachet. Mais cette pratique n'a pas gagné l'universalité, et jusqu'aujourd'hui dans l’Église grecque il n'y a pas des reliques dans l'antimension, mais uniquement dans la table de l'autel. Par contre, la signature de l'évêque donnait l'autorité canonique nécessaire à ces antimensions.

D'après le canoniste byzantin Théodore Balsamon, la multiplication importante des chapelles particulières (gr. paraclisis) a conduit à la généralisation de la présence de l'antimension dans toutes les églises[3].

începând cu secolul al XVII‑lea întrebuinţarea Antimiselor s‑a extins şi la bisericile cu Sfânta Masă sfinţită, pro­babil mai mult din motive practice, de a putea uşor aduna miridele, dar şi din motive canonic‑administrative, căci Antimisul trebuie obligatoriu să fie semnat de episcopul locu­lui, iar retragerea Antimisului înseamnă lipsa dreptului de a sluji Sfânta Liturghie în biserica respectivă.[4]

Sfântul Antimis este întotdeauna învelit într‑o bucată de pân­­ză roşie, care se numeşte iliton. Ilitonul (gr. ειλιτόν) este puţin mai mare decât Sfântul Antimis şi serveşte drept învelitoare pentru el. În prezent, la slujba Dum­­nezeieştii Litur­ghii, ilitonul şi Antimisul se desfac la Ec­te­nia pentru cei che­maţi, dar în vechime se desfăcea doar ili­to­nul, abia înainte de Heruvic – pentru aceleaşi scopuri prac­tice ca şi cele de azi, iar Antimisul (până în secolul al XVII‑lea) stătea permanent deschis sub acoperământul (inditia) Sfintei Mese, deci nu la vedere, ca astăzi.

Sources

  • Léon Clugnet, Dictionnaire grec-français de noms liturgiques en usage dans l’Église grecques, Paris, 1895.
  • Martine Roty, Dictionnaire russe-français des termes en usage dans l’Église russe, Paris, 1992.
  • Диакон Михаил ЖЕЛТОВ, „Антиминс”, dans: ПЭ, том 2

Notes

  1. Martine Roty, Dictionnaire..., p.11
  2. Cf. Диакон Михаил ЖЕЛТОВ, „Антиминс”, dans: «Православная Энциклопедия», том 2, p. 489. Voir aussi sur ce site
  3. Apud: Pr. Petre Vintilescu, Li­turghierul Explicat, ed. 1998, p. 156. Voir aussi sur ce site
  4. Cf. Диакон Михаил ЖЕЛТОВ, „Антиминс”, în ПЭ, том 2, pp. 489‑493.
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils
Autres langues
Donate

Please consider supporting OrthodoxWiki. FAQs