Dumitru Stăniloae

De OrthodoxWiki.
Aller à : Navigation, rechercher
Dumitru Staniloae

Dumitru Stăniloae (né le 16 novembre 1903 à Vlădeni, comté de Braşov - mort le 4 octobre 1993) était un prêtre de l'Église orthodoxe roumaine, un théologien, un universitaire et un professeur orthodoxe roumain. En plus de commentaires sur les Pères de l'Église comme Grégoire de Nysse, Maxime le Confesseur, ou Athanase le Grand, et de la traduction en roumain de la Philocalie, son chef d'œuvre, La théologie dogmatique orthodoxe, l'établit comme l'un des plus importants théologiens chrétiens de la seconde moitié du XXe siècle.

Vie

Dumitru est né le 16 novembre 1903 à Vlădeni, près de Başov, en Roumanie. Sa mère Rebeca Stăniloae, était la nièce du prêtre. Il était le plus jeune de leurs cinq enfants. A l'âge de treize ans, il commence des études à l'Andrei Saguna Confessional Humanist Lyceum. L'année suivante, il reçoit une bourse de la Fondation Gojdu. En 1922, il a reçu une bourse de recherche de l'Université de Cernăuţi mais déçu par la qualité des cours et des manuels il quitte l'université l'année suivante. De 1923-1924, il suit des cours à la Faculté des Lettres de l'Université de Bucarest.

Rentré à l'Université de Cernăuţi, il est diplômé en 1927, complétant une thèse intitulée « Baptiser les enfants » sous la direction du professeur Vasile Loichiţă. À l'automne 1928, Dumitru soutient sa thèse de doctorat « Vie et activité du Patriarche Dositée de Jérusalem et ses liens avec les pays roumains. » Au cours des prochaines années, il étudie la dogmatique dans le cadre d'une bourse du Metropolitan Center à Sibiu, en même temps qu'il participe à des cours dispensés par le professeur August Heisenberg à Munich. En 1929 et 1930, il étudie des documents concernant Grégoire Palamas, à Berlin, Paris et Constantinople.

À 26 ans (1929), il est nommé professeur à l'Académie théologique de Sibiu.

Le 4 octobre 1930, il épouse Maria Gentiane. Ils eurent ensemble, l'année suivante, des jumeaux, Maria et Dumitru. Son fils Dumitru est mort peu de temps après sa naissance. Sa fille Maria survécut jusqu'en avril 1946. Le 8 octobre 1931, a été ordonné diacre Dumitru, suivie de son ordination sacerdotale à la prêtrise le 25 septembre 1932. Le 8 octobre 1933, une autre fille leur est née, du nom de Lidia.

Le Modèle:1er janvier 1934, le Père Dumitru devient le directeur du journal roumain Le Télégraphe, poste qu'il a occupé jusqu'en 1945. En juin 1936 il est nommé recteur de l'Académie théologique de Sibiu.

En 1936, il achève Vie et enseignement de Saint Grégoire Palamas. En 1943, Jésus Christ ou la restauration de l'homme.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement de la Roumanie est repris par les Communistes et commence à opprimer l'Église orthodoxe. Sous la pression politique, le Père Dumitru a été contraint en 1946 de démissionner de la direction de l'Académie, même s'il continua d'enseigner comme professeur jusqu'à l'année suivante, en 1947. Il a ensuite été transféré à l'Université de Bucarest, assumant la chaire des études ascetiques et mystiques comme membre de la Faculté de théologie. En 1949, cependant, cette chaire a été abolie. Pourtant, le père Dumitru a continué à enseigner en tant que professeur de dogmatique.

En 1950 le Père Dumitru a commencé à assister aux réunions du groupe Rugul Aprins (Le Buisson Ardent). C'était un groupe formé en 1940 par un certain nombre d'universitaires, y compris les hiéromoines Ivan Kulighin, Benoît Ghuiş et Sofian Boghiu et des prêtres comme Andrei Scrima et Ion Marin Sadoveanu. Le groupe se réunissait aux monastères de Cernica et d'Antim et était un centre de rajeunissement de la vie chrétienne orthodoxe à Bucarest. En 1958, coïncidant avec le retrait de l'armée soviétique de la Roumanie, une vague d'arrestations politiques eut lieu, y compris parmi les membres du groupe Rugul Aprins. Dumitru était de ceux qui furent arrêtés. Le 5 septembre 1958, il était enfermé à la prison en attendant son procès, qui a débuté le 4 novembre 1958.

Au cours des années suivantes, le Père Dumitru a été déplacé dans un certain nombre de prisons. Il a été détenu en isolement pendant des mois jusqu'au moment où il a été libéré en 1963. Il a ensuite commencé à travailler pour le Saint-Synode de l'Église orthodoxe roumaine. En 1965, le gouvernement tentant de donner une image de liberté religieuse en Roumanie, il a été invité par le Département d'État roumain aux Cultes à écrire des articles et prendre part à des études. Le Père Dumitru a été autorisé à voyager pour assister à des conférences dans le monde entier.

En 1968, il a été autorisé à assister à des conférences à Fribourg-en-Brisgau et Heidelberg. La même année, il a enseigné à l'université d'Oxford au Royaume-Uni. Puis, en 1973, il a pris sa retraite, mais a continué comme professeur consultant pour les études de doctorat. Durant les années suivantes, il a souvent été honoré, notamment en recevant le titre de Docteur Honoris causa de l'université de Thessalonique en 1976, de l'Institut de théologie orthodoxe St-Serge à Paris en 1981, de la Faculté de théologie orthodoxe de l'université de Belgrade en 1982, de la Faculté de Théologie de l'université d'Athènes en 1991, et de l'université de Bucarest en 1992.

Le 4 octobre 1993, le Père Dumitru Stăniloae meurt à l'âge de 90 ans.

La philocalie

Le père Stăniloae a travaillé pendant plus de 45 années sur la traduction roumaine de la Philocalie. Cette anthologie originale fut mise en œuvre par Nicodème l'Hagiorite à la fin du XVIIIe si7cle au Mont Athos. Comme avant lui l'évêque russe de Tambov, Théophane le Reclus, le Père Dumitru n'a pas seulement traduit la Philocalie de Macaire, mais l'a enrichie par d'autres textes. Certains textes ne sont pas conservés par cet éminent théologien, tandis plusieurs autres sont inclus dans la collection. Par exemple, il inclut le Traité de l'Échelle de Jean Climaque.

Œuvres

  • Vie et enseignement de Saint Grégoire Palamas, 1936
  • Jésus Christ ou la restauration de l'homme, 1943
  • Théologie dogmatique orthodoxe, 1978
  • Dieu est amour, Labor et Fides, Genève, 1980
  • Spiritualité orthodoxe, in Théologie morale orthodoxe, vol. III, 1981
  • Pière de Jésus et expérience du Saint Esprit, Desclée de Brouwer, 1981
  • Le génie de l'Orthodoxie
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils
Autres langues
Donate

Please consider supporting OrthodoxWiki. FAQs