Maria Skobtsova

De OrthodoxWiki.
Aller à : Navigation, rechercher
Sainte Marie de Paris

La Sainte et glorieuse vénérable martyre Maria Skobtsova (connue aussi comme Sainte Marie de Paris ou la Mère Marie) a été une moniale, une théologienne et martyre qui a vécu à Paris au début du XXème siècle.

Elle encourageait l’hospitalité et l’amour du prochain, souvent dans des termes très nets. Elle considérait qu'en ceci consistait le fondement de l’Évangile et c’est à ce principe qu’elle a dédié sa vie. Elle est souvent comparée à Dorothy Day qui a fondé le mouvement catholique ouvrier. Sainte Marie a été martyrisée dans la prison de Ravensbrück. Elle a été glorifiée (canonisée) par l’Église de Constantinople le 16 janvier 2004 avec ses compagnons, son fils Georges (Yuri) Skobtsov, le prêtre Dmitri Klepinine et Élie Fondaminsky. Ils sont fêtés le 20 juillet. Elle a sa fête aussi à son jour anniversaire de son martyre, le 31 mars.

Sommaire

Vie

Née dans une famille aisée de la noblesse lettone en 1891, elle reçoit le nom d’Elisabeth (Elizaveta) Pilenko. Son père meurt alors qu’elle était encore adolescente et elle devient athée. En 1906, Sophie Pilenko, sa mère déménage avec toute sa famille à St. Petersbourg. Là, Elisabeth s’implique dans les cercles intellectuels radicaux. En 1910, elle épouse un bolchévique, Dimitri Kuzmin-Karaviev, avec qui elle vécut jusqu'en 1913. Dans cette période de sa vie, elle s’implique activement dans les cercles littéraires et écrit de la poésie. Son premier livre, Tessons Scythiques a été une collection de poésie de cette période.

Contemplant l’humanité de Jésus - "Lui aussi, Il est mort. Il sua du sang. Ils L’ont frappé à la figure" – elle commença à être à nouveau attirée par le christianisme. Elle part avec sa mère et sa fille Gaïana pour le sud de la Russie et sa dévotion religieuse s'accroît.

En 1918, après la Révolution bolchévique, elle est élue maire adjointe de la ville d’Anapa au Sud de la Russie. Lorsque l’Armée Blanche s’empare d’Anapa, le maire s’enfuit, et elle devient maire. Elle est jugée comme bolchévique par l’Armée Blanche, mais le juge, Daniel Skobtsov, était l’un de ses anciens professeurs. Elle est acquittée. Bientôt, ils tombent amoureux l’un de l’autre et se marient.

Peu de temps après, la situation politique change à nouveau. Pour éviter le danger, Elizaveta, Daniel, Gaïana et Sophie, la mère d’Elizaveta quittent la Russie. Elizaveta était enceinte de son deuxième enfant. Ils vont d’abord en Géorgie (où naît son fils Yuri), puis en Yougoslavie (où naît sa fille Anastasia).

Enfin, ils arrivent à Paris en 1923. Bientôt, Elizaveta commence à suivre des études théologiques et s’engage dans le travail social. En 1926, Anastasia meurt à cause de la grippe, événement terrible pour la famille. Gaïana est envoyée à une école-internat en Belgique. Le mariage de Daniel et Elizaveta commence ne plus fonctionner. Yuri finit par vivre avec Daniel et Elizaveta s’installe dans une résidence du centre de Paris, pour pouvoir travailler directement avec les plus nécessiteux.

Son évêque l’encourage de prendre le voile et devenir moniale, ce qu’elle fait seulement après avoir obtenu la promesse qu’elle ne serait pas obligée de vivre dans un couvent, isolée du monde. En 1932, avec la permission de Daniel Skobtov, lui est accordée le divorce ecclésiastique et elle dépose les voeux solennels. Son nom de religieuse sera Maria. Son confesseur était le père Serge Bulgakov. Plus tard, le père Dmitri Klepinine est envoyé pour servir comme chapelain de la maison. La mère Maria fait de sa maison louée de Paris son "couvent." Sa porte était ouverte pour les réfugiés, les nécessiteux et les isolés. Sa maison devient un centre de discussions intellectuelles et théologiques. La théologie et le service aux pauvres allaient ensemble dans la personne de la mère Maria.

La mort

Les quatres saints martyrs: mère Marie (Skobtsova) et ses compagnons

Après la conquête de Paris par les Nazis, des Juifs viennent à la maison de la mère Marie pour demander des certificats de baptême, certificats que le père Dimitri leur offrait volontiers. Beaucoup de Juifs s’installent chez eux. Ils sont abrités et aidés à s’échapper. Après un certain temps, la maison est fermée. La mère Maria, le père Dimitri, Yuri et Sophie sont arrêtés par le Gestapo. Le père Dimitri et Yuri meurent dans le camp de prisonniers de Dora.

La mère Maria est envoyée au camp de Ravensbrück, en Allemagne. Le Samedi Saint, en 1945, la mère Maria est envoyée aux chambres à gaz et entre dans la vie éternelle. On dit qu’elle avait pris la place d’une autre qui avait été désignée pour mourir ce jour-là.

Glorification

La mère Maria a été glorifiée par un acte du Saint Synode du Patriarcat Oecuménique le 16 janvier 2004. La glorification de la mère Maria, avec le père Dimitri, Yuri et Élie Fondaminsky a été célébrée à Paris, dans la cathédrale de St. Alexandre Nevski, le 1er et le 2e mai 2004. Leur fête est le 20 juillet.

Hymnes

Tropaire des hiéromartyr Dimitri, hosiomartyre Marie et martyrs Georges et Élie, ton 1

Par les souffrances que les saints ont endurées pour Toi, * sois imploré, Seigneur, * et guéris toutes nos maladies : * nous t'en prions, ô Ami des hommes.

Kondakion, ton 8 (sur "Comme prémices")

Comme témoins de la vérité, et prédicateurs de la piété, * honorons dignement par des chants divinement inspirés * Dimitri, Marie, Georges et Élie, * ayant supporté les liens, les souffrances et l'injuste jugement, * et qui par le martyre ont reçu la couronne inflétrissable.

Écrits

  • en: Mother Maria Skobtsova: Essential Writings, trans. Richard Pevear and Larissa Volokhonsky (Orbis, 2003). ISBN 978-1570754364.

On trouve ici une bibliographie de l’oeuvre de la mère Maria et des ouvrages concernant sa vie et son activité.

Liens externes

A lire aussi

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils
Autres langues
Donate

Please consider supporting OrthodoxWiki. FAQs