Vêpres

De OrthodoxWiki.
Aller à : Navigation, rechercher

Les Vêpres (εσπερινός) sont un office liturgique célébré en début de soirée, lors du coucher du soleil pour célébrer le Soleil sans déclin. C'est le premier office du Cycle quotidien dans l'Eglise Orthodoxe, car la journée liturgique commence le soir, au coucher du soleil. Les vêpres sont souvent aussitôt suivies des matines, formant ainsi ce qu'on appelle des vigiles (vêpres + matines).

Offices de l'Eglise Orthodoxe
Divine Liturgie
Cycle quotidien
Vêpres | Complies | Office de minuit | Matines
Offices de la Première, Troisième, Sixième, et neuvième heure
Autres offices
Hymne Acathiste | Paraclesis
Grande Bénédiction des eaux | Artoklasia
Baptême
Ordination | Mariage
Office Funéraire | Pannikhide

Sommaire

Structure générale des Grandes Vêpres

Les Grandes Vêpres sont celles sont célébrées le samedi soir et la veille des Grandes Fêtes.

Ouverture

Les Grandes Vêpres commencent par l'exclamation du Prêtre : "Béni..." On récite alors les prières initiales, mais si les vêpres font suite à un autre office, on commence directement par l'invitatoire : "Venez, adorons, prosternons-nous..." Lors des Vigiles, on encense à ce moment l'église.

Psaume 103

  • Le Psaume 103 Bénis le Seigneur, ô mon âme..." est soit lu entièrement par le Lecteur (pendant les Vêpres ordinaires) soit chanté en partie (pendant les Grandes Vêpres et aux Vigiles). Ce psaume est une célébration de la sagesse de Dieu visible dans l'ordre et l'harmonie de la Création, de la nature.

"Tu as fait la lune pour marquer le temps, le soleil connaît l'heure de son coucher. Tu répands les ténèbres et la nuit vient. Que tes oeuvres sont grandes, Seigneur, Tu as tout créé avec sagesse." Pendant la lecture de psaume, le prêtre devant les Portes Royales fermées dit les 7 prières du lucernaire : "Seigneur compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en pitié, entends notre prière..."

Grande Litanie

Après le psaume 103, le diacre ou le prêtre prie la Grande Litanie appelée aussi "Litanie de paix" du fait qu'elle commence par : "En paix, prions le Seigneur..."

Cathisme des Psaumes

Les psaumes sont ensuite lu, selon le cathisme du jour. Le Psautier intégral est en effet divisé en 20 cathismes qui sont répartis durant les offices, de sorte que le Psautier soit lu en entier durant la semaine (deux fois pendant le Grand Carême). Le 1er cathisme commence le samedi soir (le dimanche était le premier jour de la semaine et commençant, d'un point de vue liturgique, le samedi soir) : "Bienheureux l’homme qui ne suit pas les conseils des impies..."

Chaque cathisme est lui-même divisé en 3 partie (ou stases) entre lesquelles on récite : "Gloire... maintenant et toujours... Alleluia, alleluia, alleluia, gloire à Toi, ô Dieu (3x) Kyrie eleison (3x) Gloire... maintenant et toujours..."

Dans certaines paroisses, au lieu de réciter les psaumes, seuls quelques versets sont chantés.

Petite Litanie

Après le cathisme, le diacre entonne le Petite Litanie : "Encore et encore, en paix, prions le Seigneur..."

Psaumes du Lucernaire

Quatre psaumes sont récités : le psaume 140, 141, 129, 116. Ce sont les psaumes du rite de l'allumage des lampes : lucernaire vient, en effet, du latin Lucernarium, allumage des lampes.

Le Choeur chante d'abord le psaume 140 : "Seigneur, je crie vers Toi, exauce-moi Entends la voix de ma supplication Lorsque je crie vers Toi. Que ma prière s'élève comme l'encens devant Toi, et l'élévation de mes mains comme le sacrifice vespéral."

Lorsque l'on chante "Que ma prière s'élève comme l'encens...", le diacre encense l'église.

Le psaume est chanté dans le ton de la semaine selon l'Octoèque, s'il s'agit des Grandes Vêpres le samedi soir, ou dans le ton du premier stichère du saint célébré s'il s'agit d'un autre jour de la semaine.

Les stichères entre les psaumes

Les psaumes font partie des parties fixes des vêpres. Mais entre les psaumes, on insère des stichères qui changent selon 1) le jour de la semaine (cycle quotidien), 2) le ton de la semaine (cycle hebdomadaire), 3) la période de l'année (cycle annuel). Ces stichères sont insérés entre les derniers versets des psaumes.

Le samedi soir, 10 stichères sont intercalés entre les 10 derniers versets des psaumes : - 7 de la Résurrection du Seigneur, dans le ton de l'Octoèque (cycle hebdomadaire), - puis 3 sont propres au saint du jour selon les Ménées. (S'il s'agit d'un grand saint, dont le rayonnement a été particulièrement important, on réduira à 4 les stichères pris de l'Octoèque et à 6 ceux pris dans les Ménées.)

En semaine, 6 ou 8 stichères sont chantés, selon l'importance du saint.

Le dernier stichère est toujours en l'honneur de la Mère de Dieu, c'est pourquoi il est appelé Theotokion (et le mercredi et vendredi, stravotheotokion, car il évoque à la Mère de Dieu se tenant près de la Croix). Il est chanté dans le ton de la semaine le samedi soir et dans le ton des Ménées en semaine. Durant le Theotokion, le prêtre bénit l'encensoir, afin que le diacre encense l'autel. Le diacre et le prêtre effectuent alors la Petite Entrée.

La Petite Entrée

Le prêtre, précédé de bougies et de l'encensoir, sort par la porte nord et entre par les Portes Saintes. L'hymne "Lumière joyeuse..." est alors chanté.

Prokimenon

Une fois l'hymne "Lumière joyeuse" chanté (ou lu), le diacre clame immédiatement : "Prokimenon !" Le Prokimenon du soir est alors chanté. (Le préfixe pro- indique qu'il précède la lecture des Ecritures saintes.) Le samedi soir, le Prokimenon est "Le Seigneur est entré dans son règne, Il s'est revêtu de splendeur" (Psaume 92). Il est chanté 3 fois. En semaine, on chante le Prokimenon du jour selon l'Horologion ou Livre des Heures. Il est chanté deux fois.

Lecture

Le Lecteur lit les lectures bibliques prescrites par le Typikon certains jours de fête et durant le Grand Carême.

Litanie instante

Le diacre entonne la Litanie instante : "Disons tous, de tout notre esprit et toute notre âme, disons..." Le Choeur répond avec un triple Kyrie eleison.

Prière Vespérale

C'est une prière courte : "Daigne, Seigneur, nous garder ce soir sans péché..."

Litanie de Supplication

la Litanie de Supplication, pour le pardon des péchés est dite. Après "Paix à tous", une prière est dite la tête inclinée.

Apostiches

Les Apostiches sont chantés selon l’Octoèque, les Ménées, le Triode ou le Pentecostaire. Aux Vêpres dominicales, on intercale les versets du psaume 92 entre les stichères des Apostiches. Les jours ordinaires, on intercale le psaume 122 entre les stichères des Apostiches.

Prière de St Syméon

C'est une prière extrait de l'Evangile de Luc, 2:29-32 : "Maintenant, Seigneur, Tu peux laisser ton serviteur aller en paix..." St Syméon était un juste d'Israël qui attendait le Christ.

Trisagion et Notre Père

Ensuite : Saint Dieu, Saint fort, Saint immortel... jusqu'au Notre Père inclus.

Apolytikon

Le Tropaire du jour ou l'Apolytikon : c'est le chant de la fête ou du saint. Quand l'office des Vêpres est intégré dans les vigiles, on remplace le tropaire par le chant "Vierge Mère de Dieu, réjouis-toi..." (3x)

Offices des Vêpres

Les vêpres sont célébrés selon trois formes de base : Grandes Vêpres, Vêpres quotidiennes et Petites Vêpres.

Les Grandes Vêpres

Les Grandes Vêpres suivent l'ordre décrit ci-dessus et sont nommées ainsi car elles sont célébrées le samedi soir et la veille des Grandes Fêtes.

Les Vêpres quotidiennes

Les Vêpres quotidiennes sont une forme abrégées des Grandes Vêpres et sont célébrées tous les autres jours. Généralement, les Vêpres quotidiennes sont célébrées par un prêtre seul, sans l'assistance d'un diacre. Lors des Vêpres quotidiennes, la Petite Entrée est souvent omise, il moins de stichères insérées, et la Litanie suivant le prokimenon est abrégée.

Les Petites Vêpres

Les Petites Vêpres sont nommées ainsi car elles ne sont célébrées que les jours où la vigile dure toute la nuit. Les Petites Vêpres sont identiques dans la forme aux Vêpres quotidiennes, mais omets la Litanie de Paix, le cathisme et le Petite Litanie qui le suit, la Liturgie instante et la prière dite tête inclinée.

Le sens théologique des Vêpres

L'office des Vêpres (le premier service du jour liturgique) nous rapelle la période de l'Ancien Testament, la création du monde, la chute des premiers êtres humains, leur exil du Paradis, leur repentance et leur prière pour le salut....

L'office commence avec l'ouverture des Portes Royales et l'encensement silencieux de l'autel. Cet encensement silencieux représente le commencement de la création du monde : un monde sans forme couvert par le souffle de Dieu, mais le verbe créateur n'a pas encore résonné.

Le psaume 103 décrit la création du monde et glorifie la sagesse de Dieu. Alors que le psaume est chanté, le prêtre encense l'église entière et les fidèles. Cette action sacrée rappelle non seulement la création du monde, mais aussi la vie bienheureuse dans le Paradis des premiers êtres humains quand le Seigneur Lui-même marchait parmi eux. L'ouverture des Portes Royales signifie qu'en ce temps-là, les portes du Paradis étaient ouvertes à tous.

Pour symboliser la Chute de l'homme, les Portes Royales sont fermées. Le diacre sort du sanctuaire et se tient devant les Portes Royales fermées, comme Adam devant les portes scellées du Paradis et entonne la Grande Litanie, demandant la Paix d'en-haut.

Les vêpres finissent avec la lecture de la prière de St Syméon. Cette prière est suivie de la lecture du Trisagion et du Notre Père puis d'un chant de salutation à la Theotokos, "Ô Mère de Dieu et Vierge Marie, réjouis-toi..." ou du tropaire de la fête, et enfin par le chant répété trois fois du psalmiste : "Béni soit le Nom du Seigneur, dès maintenant et à jamais." Le Psaume 33 est alors chanté jusqu'au verset, "Mais ceux qui cherchent le Seigneur ne manqueront de rien." Alors suit la bénédiction du prêtre : "Que les bénédictions du Seigneur soit sur vous, par Sa grâce et son amour des hommes, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles."

L'office mène à la méditation des paroles de Dieu et la glorification de son amour des hommes. Il nous prépare au sommeil de la nuit et à l'aube du nouveau jour qui vient. La veille de la Divine Liturgie, il commence le mouvement vers la plus parfaite communion avec Dieu dans les Saints Mystères.

Sources

  • Père Boris Bobinskoy, La vie liturgique, ed. du Cerf, coll. Catéchèse Orthodoxe.
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils
Autres langues
Donate

Please consider supporting OrthodoxWiki. FAQs