Jeûne

De OrthodoxWiki.
Aller à : Navigation, rechercher
Cet article fait partie de la série
Spiritualité Orthodoxe
Saints Mystères
Baptême - Chrismation
Eucharistie - Confession
Mariage - Ordination
Sainte Onction
Trois étapes
Catharsis/Purification
Theoria/Illumination
Théosis/Divinisation
Hésychasme
Nepsis - Metanoia
Hesychia - Phronema
Mysticisme - Nous
Ascéticisme
La Chasteté - L'Obéissance
La Stabilité - Le Jeûne
La Pauvreté - Le Monachisme
Vertus
Humilité - Générosité
Chasteté - Douceur
Tempérance - Contentement
Diligence
Prière
Culte - Vénération
Règle de Prière - Prière de Jésus
Reliques - Signe de la Croix
Pères de l'Eglise
Pères Apostoliques
Pères du désert
Cappadociens
La Philocalie des Pères neptiques
L'échelle sainte
Modifier ce sommaire

Dans l’Église Orthodoxe, le jeûne est défini, en règle générale, comme l’abstention de certaines catégories de nourriture pendant certains jours ou périodes pré-établis. Il entraîne aussi l’abstention des relations maritales et une limitation des divertissements, mais il ne se réduit pas à un nombre d’interdits. L’ascèse extérieure n’est qu’un instrument pour la purification intérieure et une aide qui permette aux fidèles de se concentrer plus sur la vie spirituelle, sur l’abstention du péché et l’orientation de la vie de plus en plus vers Dieu.

Sommaire

Histoire et Tradition

Les chrétiens ont hérité la tradition du jeûne du judaïsme, où des jours et des périodes spécifiques de jeûne étaient déjà établis. On retrouve le motif du jeûne déjà dans le Livre de la Genèse, alors que Dieu demande à Adam et Éve de s’abstenir de consommer les fruits de l’un des arbres du jardin de l’Eden. Le Seigneur Jésus Christ a donné, Lui aussi, des exemples de jeûne – Il a jeûné pendant quarante jours dans le désert avant d’être tenté par le diable (Matthieu 4,1-11) ; Il recommande le jeûne à Ses apôtres (pour l’exorcisation d’une catégorie particulière de démons « qui ne sortent que par la prière et le jeûne ») et annonce le fait que Ses disciples allaient jeûner après Sa Réssurection ( «lorsque l’Époux ne sera plus avec eux »).

Le sens spirituel du jeûne

Le jeûne, à côté de la prière, de l’aumône, de la confession etc. prépare la personne humaine, elle le fait exercer comme un athlète son corps, sa raison et son âme en vue d’une fête – un entraînement qui illustre aussi l’espoir des chrétiens orthodoxes de se retrouver préparés lors du nouvel Avènement du Christ. C’est aussi pour cette raison qu’on ne célèbre pas de mariage pendant les jours et les périodes de jeûne. La Confession est elle aussi essentielle dans les périodes de jeûne.

Types de jeûne

Pour les chrétiens orthodoxes, il existe plusieurs types de jeûne, en fonction du jour ou de la période liturgique et/ou de l’occasion. Ainsi distingue-t-on, par exemple, entre ce qu’on appelle le « jeûne ascétique » et le «jeûne intégral » (distinction nuancée par le Père Alexandre Schmemann dans son ouvrage sur le Grand Carême).

Jeûne ascétique

Le jeûne ascétique suit un certain nombre de règles monastiques. Ces règles ne sont pas les « fardeaux impossibles à porter » des Pharisées (Luc 11,46), mais un idéal pour lequel il vaut bien travailler. Car les règles ascétiques du jeûnes ne sont pas un but en soi, mais sont des moyens de purification spirituelle. Le jeûne est à pratiquer dans et pour l’amour de Dieu et il doit être aidé par une intensification de la prière. Les règles matérielles du jeûne ascétique consistent en l’abstention de certaines catégories de nourritures, ainsi qu’une réduction dans la quantité de nourriture quotidienne.

Jeûne liturgique ou eucharistique

Le jeûne eucharistique ne renvoie pas à la pratique du jeûne qui est de coutume avant la Communion, mais à l’abstention de la célébration de l’Eucharistie durant les jours de la semaine (du lundi au vendredi) du Grand Carême, qui sont aussi des jours de jeûne ascétique.

Jeûne intégral

Le jeûne intégral ou total signifie l’abstention de toute nourriture ou boisson pour une brève période – un jour ou une partie d’une journée – afin de nous aider à nous fixer l’attention spirituelle sur un évènement présent ou à venir. Tel est le cas du jeûne du Vendredi Saint, ou à la veille de Noël, de Pâques ou avant de recevoir la Sainte Communion. C’est la forme de préparation par excellence avant une grande fête ou un évènement spirituel décisif.

Le temps du jeûne

Périodes de jeûne

Dans le calendrier orthodoxe, il y a quatre grandes périodes de jeûne :

  1. Le Grand Carême est une période de six semaines précédant la Semaine Sainte, période de préparation pour la grande fête de la Résurrection du Seigneur. Cette période est immédiatement précédée par une une autre semaine de jeûne, plus léger (d’abstention de la viande seulement) qui commence le lundi après le Dimanche du Jugement Dernier et qui dure jusqu’au Dimanche du Pardon ; après le Grand Carême suit une autre période de jeûne, plus sévère, celle de la Semaine Sainte.
  2. Le Jeûne de la Fête de la Nativité (ou l’Avent ; il est connu aussi comme le jeûne de St. Philippe, puisqu’il commence immédiatement après sa fête (14 novembre) ; il dure quarante jours, du 15 novembre au 24 décembre, en anticipant le Noël, la grande fête de la Nativité de notre Sauveur.
  3. Le Jeûne des Saints Apôtres dommence le lundi après la Toussaint (fête mobile dans le calendrier orthodoxe) et dure jusqu’à la fête des Sts. Apôtres Pierre et Paul, le 29 juin.
  4. Le Jeûne de la Dormition de la Vierge comprend les deux premières semaines d’août ; il anticipe la fête de la Dormition de la Mère de Dieu.

Jours de jeûne

  • La veille de la Théophanie (5 janvier)
  • Le jour de la Décapitation de St. Jean Baptiste (29 août)
  • Le jour de l’Élévation de la Croix (14 septembre)
  • Tous les mercredis (sauf les semaines où l’Église lève le jeûne), en souvenir de la trahison du Christ par Judas.
  • Tous les vendredis (sauf les semaines où l’Église lève le jeûne), en souvenir de la Crucifixion et de la Passion du Christ.
  • Dans les monastères, on jeûne aussi le lundi, en l’honneur des Anges.

À part ces règles générales, l’Église locale ou universelle peut établir des jours ou périodes exceptionnelles de jeûne, si les circonstances l’imposent.

Le jeûne de préparation pour recevoir la Communion

Le jeûne fait partie aussi de la préparation pour recevoir le Corps et le Sang du Christ, à côté de la Confession et d’une règle de prière spécifique.

Ainsi faut-il faut respecter un jeûne intégral (sans rien boire ou manger) avant la Liturgie dès le réveil et jusqu’au moment-même de la Communion. Certains chrétiens orthodoxes s’abstiennent aussi de la consommation de viande et de laitages après les vêpres du jour précédant la Communion. Certains prêtres recommandent des périodes de trois jours à une semaine de jeûne ascétique avant la (Confession et la) Communion ; c’est pourquoi il est recommandé de toujours vérifier en préalable avec le prêtre célébrant la Liturgie quelle sont ses attentes concernant la préparation pour la Communion.

Puisque le prêtre et le diacre célébrant vont communier et consommer ce qui reste de l’Eucharistie, ils doivent respecter le jeûne intégral avant chaque Liturgie qu’ils célèbrent.

Exceptions

La discipline du jeûne peut être relâchée, si nécessaire, lorsqu’on voyage ou qu’on est malade. En plus, on peut faire des exceptions lorsqu’on reçoit l’hospitalité d’autrui, car le respect de la générosité et l’amour du prochain sont plus importants que les démonstrations extérieures de piété. De même, les chrétiens orthodoxes ne devraient pas jeûner au détriment de leur santé, car le jeûne est un moyen, non pas un but en soi. C’est pourquoi, avant de commencer à jeûner, il est préférable de chercher le conseil d’un prêtre.

Semaines de levée du jeûne

Après certaines fêtes et afin de permettre aux chrétiens orthodoxes de montrer leur joie à l’occasion de ces fêtes, l’Église a levé le jeûne, comme suit :

Durant la période de post-célébration de la Nativité du Christ – jusqu’à la veille de la Théophanie (du 25 décembre au 4 janvier tout jeûne est levé).
La semaine après le Dimanche du Publicain et du Pharisien (première semaine du Triode), pour fortifier les fidèles en vue du Grand Carême.
La Semaine Radieuse (la semaine après Pâques)
La Semaine de la Sainte Trinité (la semaine après la Pentecôte).

Règles du jeûne alimentaire

Les règles du jeûne alimentaire diffèrent beaucoup quant aux catégories de nourriture permises ou interdites. Les règles du jeûne les plus strictes s’appliquent aux mercredis et vendredis du Grand Carême (et pendant la Semaine Sainte) et prévoient l’abstention de plusieurs catégories de nourriture :

viande (tout ce qui possède une colonne vertébrale),
laitages et oeufs,
huile d’olives (et autres graisses végétales), et
vin (et autres boissons alcooliques).

Pendant les jours de jeûne, la quantité de nourriture et le nombre des repas sont réduits, aussi. Le samedi, le dimanche et les autres jours de fête, les règles du jeûne sont souvent adoucies, permettant la consommation de graisses végétales et de boissons alcooliques et même, en fonction de la saison liturgique, du poisson.

Voir aussi

Sources

Liens externes

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils
Autres langues
Donate

Please consider supporting OrthodoxWiki. FAQs